Free Web Hosting Provider - Web Hosting - E-commerce - High Speed Internet - Free Web Page
Search the Web

 Massiprov locution Massiprov locution Massiprov locution 

 

 


                                                                   IZAMÏRA WEBUILDER
                                                                  Le concepteur des pages web
 

*Des citations bien expliquées ,encore bien détaillées ,organisées sur l'ordre

                                               alphabétique.

                             Cliquez sur les lettres ci-dessous .

A   B   C   D   E   F   G   H   I   J   K   L   M  

N   O   P   Q   R   S   T   U   V  



 

 

A:  5
Ab imo pectore ou imo pectore:
Du fond de la poitrine, du cœur.
Du plus profond du cœur, avec une entière franchise : Exprimer son indignation ab imo pectore.

Ab irato:Par un mouvement de colère.
Ne prenez aucune résolution ab irato. - Un testament ab irato .

Ab ovo: À partir de l'œuf.
Mot emprunté d'Horace (Art poétique, 147) ; allusion à l'œuf de Léda, d'où était sortie Hélène. Homère aurait pu y remonter s'il avait voulu raconter ab ovo la guerre de Troie ; mais Horace le loue précisément d'avoir tiré l'Iliade d'un seul évènement du siège : la colère d'Achille, sans remonter jusqu'à la naissance d'Hélène.

Ab urbe condita:Depuis la fondation de la ville.
Les Romains dataient les années de la fondation de Rome ab urbe condita ou urbis conditae, qui correspond à 753 av. J.-C. Ces mots se marquent souvent par les initiales U.C. : L'an 532 U.C, c'est-à-dire l'an 532 de la fondation de Rome.

Abusus non tollit usum:L'abus n'exclut pas l'usage.
Maxime de l'ancien droit. Dans l'application : L'abus que l'on peut faire d'une chose ne doit pas forcer nécessairement de s'en abstenir.

Abyssus abyssum invocat:L'abîme appelle l'abîme.
Expression figurée empruntée d'un psaume de David (XLII, 8), qu'on emploie pour exprimer qu'une faute en entraîne une autre.

Acta est fabula:La pièce est jouée.
C'est ainsi que, dans le théâtre antique, on annonçait la fin de la représentation. Acta est fabula, dit Auguste à son lit de mort, et ce furent ses dernières paroles. La farce est jouée, aurait dit aussi Rabelais.

Ad augusta per angusta:À des résultats grandioses par des voies étroites.
Mots de passe des conjurés au quatrième acte d'Hernani, de V. Hugo. On n'arrive au triomphe qu'en surmontant maintes difficultés.


 

B:   5
Beati possidentes:
Heureux ceux qui possèdent.
Locution dont il est fait de fréquentes applications depuis que le prince de Bismarck la mit à la mode. Elle signifie que, pour revendiquer utilement un pays ou son droit, il faut d'abord en prendre possession de fait.

Bis dat, qui cito dat:Celui-là donne deux fois, qui donne vite.
Proverbe latin signifiant que celui qui oblige promptement oblige doublement.

Bis repetita placent:Les choses répétées, redemandées, plaisent.
Aphorisme imaginé d'après un vers de l'Art poétique d'Horace (365), où le poète dit que telle œuvre ne plaira qu'une fois, tandis que telle autre répétée dix fois plaira toujours (Haec decies repetita placebit).

Bonum vinum laetificat cor hominis:Le bon vin réjouit le cœur de l'homme.
Proverbe tiré d'un passage de la Bible (Ecclésiastique, XL, 20), dont le véritable texte est : Vinum et musica laetificant cor (Le vin et la musique réjouissent le cœur), et le texte ajoute : et plus que tous les deux, l'amour de la sagesse.


 

C:   5
Carcere duro [kartòereduro]:
Dur cachot.
Expression italienne, usitée pendant la domination autrichienne pour désigner un système d'emprisonnement réservé aux condamnés politiques : Silvio Pellico fut condamné au carcere duro.

Carpe diem:Mets à profit le jour présent.
Mots d'Horace (Odes, I, 11, 8), qui aime à rappeler que la vie est courte, et qu'il faut se hâter d'en jouir.

Castigat ridendo mores:lle corrige les mœurs en riant.
Devise de la comédie, imaginée par le poète Santeul, et donnée à l'arlequin Dominique pour qu'il la mît sur la toile de son théâtre.

Caveant consules !:Que les consuls prennent garde !
Premiers mots d'une formule qui se complète par : ne quid detrimenti respublica capiat (afin que la république n'éprouve aucun dommage), et par laquelle le sénat romain, dans les moments de crise, accordait aux consuls les pleins pouvoirs. On l'emploie au figuré : L'émeute gronde à nos portes : caveant consules !

Cedant arma togae:Que les armes le cèdent à la toge.
Premier hémistiche d'un vers cité par Cicéron (Des devoirs, I, 22). On rappelle cette phrase pour exprimer que le gouvernement militaire, représenté par les armes, par l'épée, doit faire place au gouvernement civil, représenté par la toge, ou s'incliner devant lui.

Cujus regio, ejus religio:Telle la religion du prince, telle celle du pays.
Ce principe fut consacré par la paix d'Augsbourg (1555) qui reconnut la liberté religieuse aux États luthériens.


 

D:   5
De auditu:
Par ouï-dire.
Ne savoir une chose que de auditu.

De commodo et incommodo:De l'avantage et de l'inconvénient.
Cette locution est presque exclusivement administrative : Ordonner une enquête de commodo et incommodo sur des travaux publics.

De gustibus et coloribus non disputandum:Des goûts et des couleurs, il ne faut pas discuter.
Proverbe des scolastiques du Moyen Âge, qui est devenu français. Chacun est libre de penser, d'agir selon ses préférences.

Delenda Carthago:Il faut détruire Carthage.
Paroles par lesquelles Caton l'Ancien (Florus, Hist. rom., II, 15) terminait tous ses discours, sur quelque sujet que ce fût. S'emploient pour rendre une idée fixe que l'on a dans l'esprit, dont on poursuit avec acharnement la réalisation, et à laquelle on revient toujours.

De minimis non curat praetor:Le préteur ne s'occupe pas des petites affaires.
Axiome que l'on cite pour signifier qu'un homme qui a de hautes responsabilités n'a pas à s'occuper de vétilles. On dit aussi Aquila non capit muscas (L'aigle ne prend pas de mouches).

Deo gratias:Grâces soient rendues à Dieu.
Formule liturgique latine employée familièrement pour exprimer le soulagement de voir la fin de choses désagréables ou ennuyeuses.

De viris:Des hommes.
Premiers mots d'un livre élémentaire, le De viris illustribus urbis Romae (Des hommes illustres de la ville de Rome), par Lhomond, où, dans les lycées et collèges, on commençait à apprendre le latin.

Dura lex, sed lex:La loi est dure, mais c'est la loi.
Maxime que l'on rappelle en parlant d'une règle pénible à laquelle on est forcé de se soumettre.


 

E:   5
Ejusdem farinae:
De la même farine.
Se prend toujours en mauvaise part, pour établir une comparaison entre personnes ayant mêmes vices, mêmes défauts, etc.

Eli, Eli, lamma sabacthani:Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m'avez-vous abandonné ?
C'est le cri du Christ mourant sur la Croix (saint Matthieu, XXVII, 46 ; saint Marc, XV, 34) ; début du psaume XXII.

English spoken:On parle anglais.
Phrase que l'on inscrit sur la devanture d'une boutique, etc., pour indiquer qu'on peut y trouver une personne parlant anglais.

Ense et aratro:Par l'épée et par la charrue.
Devise du citoyen qui sert son pays en temps de guerre par son épée, en temps de paix par les travaux de l'agriculture. C'était la devise du maréchal Bugeaud, alors qu'il était gouverneur de l'Algérie.

Eppur (ou E pur), si muove !:Et pourtant, elle tourne !
Mot prêté à Galilée forcé de faire amende honorable pour avoir proclamé, après Copernic, que la Terre tourne sur elle-même, contrairement à la lettre des Écritures.

Ex professo:En homme qui possède parfaitement son sujet.
Traiter une matière ex professo. - Parler d'une chose ex professo.


 

F:   5
Facit indignatio versum:
L'indignation fait (jaillir) le vers.
Expression de Juvénal (Satires, I, 79), qui signifie que l'indignation suffit à inspirer le poète.

Fama volat:La Renommée vole.
Expression de Virgile (l'Énéide, III, 121). Exprime la rapidité avec laquelle une nouvelle se répand.

Fiat lux !:Que la lumière soit !
Allusion à la parole créatrice de la Genèse (I, 3) : Dieu dit « Que la lumière soit », et la lumière fut. - Elle est devenue la devise de toute grande découverte, qui fait, en quelque sorte, passer une chose de la nuit au jour,du néant à l'être.

Fiat voluntas tua:Que votre volonté soit faite.
Paroles tirées de l'Oraison dominicale, et qu'on emploie en manière d'acquiescement résigné.

Furia francese:La furie française.
Expression dont les Italiens, après Machiavel, se servirent à partir de la bataille de Fornoue (1495), pour caractériser l'impétuosité des Français.


 

G:   5
Genus irritabile vatum:
La race irritable des poètes.
Expression d'Horace (Épîtres, II, 2, 102), qui sert à caractériser l'extrême susceptibilité des poètes et des gens de lettres.

Gloria victis !:Gloire aux vaincus !
Antithèse de la locution Vae victis !

Gnôthi seauton [gnotiseotcn]:Connais-toi toi-même.
Inscription gravée au fronton du temple d'Apollon à Delphes et que Socrate avait choisie pour devise.

Grammatici certant:les grammairiens discutent.
Commencement d'un vers d'Horace (Art poétique, 78), qui se complète par : et adhuc sub judice lis est.

Gratis pro Deo:Gratuitement pour l'amour de Dieu.
Travailler gratis pro Deo.


 

H:   5
Hic jacet... :
Ci-gît...
Premiers mots d'une inscription tumulaire.

Hoc erat in votis:Cela était dans mes vœux.
Voilà ce que je désirais. Mots d'Horace (Satires, II, 6, 1), que l'on rappelle en parlant d'un souhait dont la réalisation a comblé tous les désirs.

Hoc volo, sic jubeo, sit pro ratione voluntas:Je le veux, je l'ordonne, que ma volonté tienne lieu de raison.
Vers de Juvénal (Satires, VI, 223), qui met ces mots dans la bouche d'une épouse tyrannique. Se cite en parlant d'une volonté arbitraire.

Homo homini lupus:L'homme est un loup pour l'homme.
Pensée de Plaute (Asinaria, II, 4, 88), reprise et illustrée par Bacon et Hobbes, et qui revient à dire que l'homme fait souvent beaucoup de mal à ses semblables.

Homo sum : humani nil a me alienum puto:Je suis homme : rien de ce qui est humain ne m'est étranger.
Vers de Térence (le Bourreau de soi-même, I, 1, 25), exprimant le sentiment de la solidarité humaine.


 

I:   5
Ignoti nulla cupido:
On ne désire pas ce qu'on ne connaît pas.
Aphorisme d'Ovide (l'Art d'aimer, III, 397). L'indifférence naît de causes diverses, le plus souvent de l'ignorance : ignoti nulla cupido.

Infandum, regina, jubes renovare dolorem:Vous m'ordonnez, reine, de renouveler une indicible douleur.
Vers de l'Énéide (II, 3). Mots par lesquels Énée commence le récit qu'il fait à Didon de la prise de Troie. On le cite, en manière de précaution oratoire, lorsqu'on a à faire quelque confidence plus ou moins douloureuse ; on l'emploie aussi par plaisanterie.

In fine:À la fin.
À la fin d'un paragraphe ou d'un chapitre : Cette disposition se trouve dans tel titre du Code, in fine.

Ira furor brevis est:La colère est une courte folie.
Maxime d'Horace (Épîtres, I, 2, 62) ; la colère, comme toute passion violente, est une aliénation mentale momentanée.

Is fecit cui prodest:Celui-là a fait, à qui la chose faite est utile.
Le coupable est presque toujours celui à qui le délit ou le crime profite. - (On ne doit se servir qu'avec circonspection de ce vieil axiome de droit.)

Ita diis placuit:Ainsi il a plu aux dieux.
Locution que l'on emploie dans le sens de « la chose est faite, accomplie, il n'y a plus à y revenir ».

Ite, missa est:Allez, la messe est dite.
Formule liturgique de la messe, qui suit la bénédiction finale donnée par le célébrant dans le rite latin.


 

J:   5
Judicatum solvi:
Que ce qui est jugé est payé.
Usité dans l'expression juridique : Caution judicatum solvi, caution exigée d'un étranger demandeur dans une instance en France contre un Français, pour assurer le paiement des frais du procès.

Jure et facto:De droit et de fait.
Henri IV ne fut roi jure et facto qu'après son entrée solennelle dans Paris.

Jus est ars boni et aequi:Le droit est l'art du bien et du juste.
Telle est l'élégante définition du droit, donnée par le Digeste.


 

K/L:   5
Ktêma eis aei:
Un trésor, un bien pour toujours, une acquisition définitive.
Expression de Thucydide (Guerre du Péloponnèse, I, 22). L'historien, caractérisant son œuvre, dit qu'il a composé non pas un discours d'apparat destiné à des auditeurs d'un moment, mais un monument durable.

Labor omnia vincit improbus:Un travail opiniâtre vient à bout de tout.
Proverbe tiré de deux vers des Géorgiques de Virgile (I, 145-146).

Last but not least:Dernier point mais non le moindre.
Expression anglaise utilisée dans une argumentation pour mettre en valeur un argument final ou dans une énumération pour souligner l'importance du dernier terme.

Lato sensu:Au sens large.
Locution latine signifiant « au sens large », « par extension », et qui s'oppose à l'expression stricto sensu (au sens strict).

Loco citato:À l'endroit cité.
S'emploie dans un livre pour renvoyer à l'endroit cité précédemment. (En abrégé : loc. cit.)


 

M:   5
Magister dixit:
Le maître l'a dit.
Formule pythagoricienne, reprise au Moyen Âge par les scolastiques citant, comme un argument sans réplique, un texte du maître (Aristote). Cette expression s'emploie lorsqu'on fait référence à la pensée de quelqu'un que l'on estime faire autorité en la matière.

Malesuada fames:La faim, mauvaise conseillère.
Virgile (l'Énéide, VI, 276) caractérise ainsi la faim.

Mane, thecel, pharès:Compté, pesé, divisé.
Menace prophétique qu'une main mystérieuse écrivit sur le mur du palais royal au moment où Cyrus pénétrait dans Babylone (Livre de Daniel, chap. V).

Medice, cura te ipsum:Médecin, guéris-toi toi-même.
Maxime de l'Évangile (saint Luc, IV, 23) ; se dit à ceux qui donnent des conseils qu'ils devraient commencer par pratiquer eux-mêmes.

Mehr Licht !:Plus de lumière !
Expression allemande. Dernières paroles de Goethe demandant qu'on ouvrît une fenêtre pour donner plus de lumière, et qu'on cite dans un sens tout différent pour dire : « Plus de clarté intellectuelle, plus de savoir, de vérité ! »

Memento, homo, quia pulvis es et in pulverem reverteris:Souviens-toi, homme, que tu es poussière et que tu retourneras en poussière.
Paroles que prononce le prêtre en marquant de cendre le front des fidèles le jour des Cendres, en souvenir de la parole de la Genèse (III, 19), dite par Dieu à Adam, après le péché originel.


 

 N:   5
 Nascuntur poetae, fiunt oratores:On naît poète, on devient orateur.
Maxime attribuée à Cicéron. L'éloquence est fille de l'art, la poésie est fille de la nature. Brillat-Savarin, dans les Aphorismes qui précèdent sa Physiologie du goût, a plaisamment parodié ainsi l'axiome latin : On devient cuisinier, mais on naît rôtisseur.

Naturam expelles furca, tamen usque recurret:Chassez la nature avec une fourche, elle reviendra toujours en courant.
Vers d'Horace (Épîtres, I, 10, 24), que Destouches, dans son Glorieux (III, 5), a traduit par le vers célèbre : Chassez le naturel, il revient au galop.

Natura non facit saltus:La nature ne fait pas de sauts.
C'est-à-dire : La nature ne crée ni espèces ni genres absolument tranchés ; il y a toujours entre eux quelque intermédiaire qui les relie l'un à l'autre. Aphorisme scientifique énoncé par Leibniz (Nouveaux Essais, IV, 16).

 Ne quid nimis:Rien de trop.
Sentence qui, empruntée par les Latins aux Grecs (Mêden agan), avait le sens de « l'excès en tout est un défaut ».

Nihil (ou nil) obstat:Rien n'empêche.
Formule employée par la censure ecclésiastique pour autoriser l'impression d'un ouvrage contre lequel aucune objection doctrinale ne peut être retenue : Le nihil obstat précède l'imprimatur.

Nutrisco et exstinguo:Je [le] nourris et je [l']éteins.
Devise qui accompagnait la salamandre sur les armes de François Ier, par allusion à cette ancienne croyance que les salamandres sont capables de vivre dans le feu, de l'activer et de l'éteindre.


 

O:   5
Oderint, dum metuant:
Qu'ils me haïssent, pourvu qu'ils me craignent.
Expression du poète tragique Accius (Atrée), citée par Cicéron (De officiis, I, 28, 97). Elle peut servir de devise aux tyrans.

Odi profanum vulgus et arceo:Je hais le vulgaire profane et je l'écarte.
Pensée d'Horace (Odes, III, 1, 1), qui se flatte de mépriser les applaudissements de la foule, et de ne rechercher que les suffrages des gens de goût.

Oleum perdidisti:Tu as perdu ton huile.
C'est-à-dire : Tu as perdu ton temps, ta peine. Les Anciens disaient d'un discours, d'un livre trop travaillé, qui avait dû coûter de la peine, qu'il sentait l'huile ; s'il ne valait rien, l'auteur « avait perdu son huile ».

Omnia vincit amor:L'amour triomphe de tout.
Première partie d'un vers de Virgile (Églogues, X, 69). Il s'agit de l'Amour personnifié, tyran des hommes et des dieux.

Omnis homo mendax:Tout homme est menteur.
Paroles tirées du psaume CXVI, 11.


 

P:   5
Panem et circenses:
Du pain et les jeux du cirque.
Mots d'amer mépris adressés par Juvénal (Satires, X, 81) aux Romains incapables de s'intéresser à d'autres choses qu'aux distributions gratuites de blé et aux jeux du cirque.

Parcere subjectis et debellare superbos:Épargner ceux qui se soumettent, et dompter les superbes.
Vers de Virgile (l'Énéide, VI, 853), mis dans la bouche d'Anchise, qui explique à Énée le rôle futur du peuple romain.

Par pari refertur:On rend la pareille.
Répond à peu près à la loi mosaïque du talion : Œil pour œil, dent pour dent, etc.

Perinde ac cadaver:Comme un cadavre.
Expression par laquelle saint Ignace de Loyola, dans ses Constitutions, prescrit aux jésuites la discipline et l'obéissance à leurs supérieurs, réserve faite des cas que la conscience défend.

Per Jovem:Par Jupiter !
Espèce de juron familier, que Molière met dans la bouche d'un pédant.

Punica fides:Foi punique, carthaginoise.
Les Romains accusaient les Carthaginois d'enfreindre souvent les traités, ce qui leur fit employer cette expression comme synonyme de mauvaise foi.


 

Q:   5
Qualis artifex pereo !:
Quel grand artiste périt avec moi !
Dernière exclamation de Néron avant de se tuer, d'après Suétone (Néron, 44), exprimant la perte que le monde faisait par la mort d'un homme comme lui qui avait brillé au théâtre et dans le cirque.

Quid novi ?:Quoi de nouveau ?
Interrogation familière, que deux personnes s'adressent quand elles se rencontrent.

Qui habet aures audiendi, audiat:Que celui qui a des oreilles pour entendre entende.
Paroles qui se trouvent plusieurs fois dans l'Évangile, à la suite de paraboles du Christ. S'emploient pour avertir qu'on doit faire son profit de ce qui a été dit.

Qui scribit, bis legit:Celui qui écrit, lit deux fois.
Axiome latin. Pour comprendre et retenir un texte, l'écrire équivaut à le lire deux fois.

Quo non ascendet ?:Où ne montera-t-il pas ?
(Et non Quo non ascendam ? malgré une tradition constante.) Devise de Fouquet. Elle figurait, dans ses armes, au-dessous d'un écureuil.

Quousque tandem... :Jusques à quand...
Premiers mots du premier discours de Cicéron contre Catilina, lorsque celui-ci osa se présenter au sénat après qu'on eut découvert le complot qu'il tramait contre la République.


 

R:   5
Rara avis in terris:
Oiseau rare sur la terre.
Hyperbole de Juvénal (Satires, VI, 165) à propos des Lucrèce et des Pénélope. Se dit par extension de tout ce qui est extraordinaire. Le plus ordinairement, on cite seulement les deux premiers mots : Rara avis.

Redde Caesari quae sunt Caesaris, et quae sunt Dei Deo:Rendez à César ce qui appartient à César, et à Dieu ce qui appartient à Dieu.
Réponse de Jésus aux pharisiens qui lui demandaient insidieusement s'il fallait payer le tribut à César (saint Matthieu, XXII,21). S'emploie le plus souvent sous la forme française.

Remember ! [rimembœr]:Souvenez-vous !
Dernier mot de Charles Ier, roi d'Angleterre, sur l'échafaud ; ces paroles étaient, dit-on, destinées à son fils.

Requiescat in pace !:Qu'il repose en paix !
Paroles qu'on chante à l'office des morts, et qu'on grave souvent sur les pierres tumulaires (parfois en abrégé R.I.P.).

Res judicata pro veritate habetur:La chose jugée est tenue pour vérité.
Axiome de l'ancien droit, toujours en vigueur : " Chose jugée, chose démontrée ; Arrêt rendu vaut titre formel. "

Rule, Britannia [rul]:Gouverne, Angleterre.
Premiers mots d'un chant patriotique des Anglais, dans lequel ils se glorifient de posséder l'empire des mers.


 

S:   5
Salus populi suprema lex esto:
Que le salut du peuple soit la suprême loi.
Maxime du droit public, à Rome : Toutes les lois particulières doivent s'effacer s'il s'agit de sauver la patrie. (Loi des XII Tables.)

Sapiens nihil affirmat quod non probet:Le sage n'affirme rien qu'il ne prouve.
Il ne faut pas avancer une chose sans être en mesure de la prouver.

Scribitur ad narrandum, non ad probandum:On écrit pour raconter, non pour prouver.
C'est de cette façon que Quintilien (Instit. orat., X, 1, 31) note la différence entre l'histoire et l'éloquence.

Se habla español:On parle espagnol.
Phrase que l'on inscrit sur la devanture d'une boutique, etc., pour indiquer qu'on peut y trouver une personne parlant l'espagnol.

Sic transit gloria mundi:Ainsi passe la gloire du monde.
Paroles (peut-être tirées de l'Imitation, I, 3, 6) adressées naguère au souverain pontife lors de son couronnement, pour lui rappeler la fragilité de toute puissance humaine.

Si parla italiano:On parle italien.
Phrase que l'on inscrit sur la devanture d'une boutique, etc., pour indiquer qu'on peut y trouver une personne parlant l'italien.

Suave mari magno... :Il est doux, sur la vaste mer...
Commencement d'un vers de Lucrèce (De natura rerum, II, 1). Le sens complet est : " Il est doux, quand, sur la vaste mer, les vents soulèvent les flots, de regarder, de la terre ferme, les terribles périls d'autrui. " Ces mots s'emploient pour marquer la satisfaction que l'on éprouve à être soi-même exempt des périls auxquels les autres sont exposés.


 

T:   5
Taedium vitae:
Le dégoût de la vie.
Le taedium vitae est souvent la conséquence d'une vie inactive et sans objet.

Tantae molis erat... :Tant il était difficile...
Expression de Virgile (l'Énéide, I, 33), qui caractérise les difficultés que la nation romaine rencontra à se fonder, et qui, dans l'application, désigne la difficulté d'une entreprise.

Tarde venientibus ossa:Ceux qui viennent tard à table ne trouvent plus que des os.
S'emploie au propre et au figuré. Dans ce dernier cas, ces mots s'appliquent à tous ceux qui, par négligence ou par oubli, manquent une bonne affaire.

Thalassa ! thalassa !:La mer ! la mer !
Cri de joie des dix mille Grecs conduits par Xénophon (Anabase, IV, 8), quand, accablés de fatigue après une retraite de seize mois, ils aperçurent le rivage du Pont-Euxin.

That is the question:Cela est la question.
Expression de Shakespeare au premier vers du monologue d'Hamlet (III, 1) : Être ou ne pas être, voilà la question. S'emploie pour exprimer un cas douteux.

Timeo Danaos et dona ferentes:Je crains les Grecs, même quand ils font des offrandes [aux dieux].
Paroles que Virgile (l'Énéide, II, 49) met dans la bouche du grand prêtre Laocoon, pour dissuader les Troyens de faire entrer dans leurs murs le fameux cheval de bois que les Grecs avaient perfidement laissé sur le rivage. Elles expriment cette vérité qu'il faut toujours se défier d'un ennemi, quelque aimable, quelque généreux qu'il paraisse.

Tu quoque, fili !:Toi aussi, mon fils !
Cri de douleur de César, lorsqu'il aperçut au nombre de ses assassins Brutus, qu'il aimait particulièrement.


 

U:   5
Ubi bene, ibi patria:
Où l'on est bien, là est la patrie.
Devise de ceux chez qui les jouissances matérielles l'emportent sur le sentiment patriotique. Elle rappelle le vers de Pacuvius, cité par Cicéron (Tusculanes, V, 37) : Patria est ubicumque est bene.

Ubi solitudinem faciunt, pacem appellant:Où ils font un désert, ils disent qu'ils ont donné la paix.
Phrase mise par Tacite (Vie d'Agricola, 30) dans la bouche de Galgacus, héros calédonien, flétrissant les excès des Romains. Ces mots s'appliquent aux conquérants qui colorent leurs ravages d'un spécieux prétexte de civilisation.

Ultima forsan:La dernière, peut-être.
Inscription placée souvent sur les cadrans d'horloge : Tu regardes l'heure ; ultima forsan.

Uti, non abuti:User, ne pas abuser.
Axiome de modération, s'appliquant à tout ordre d'idées.


 

V:   5
Vade in pace:
Va en paix.
Paroles de l'Évangile, souvent utilisées dans le rituel romain.

Vae soli !:Malheur à l'homme seul !
Paroles de l'Ecclésiaste (IV, 10), qui caractérisent la position malheureuse de l'homme isolé, abandonné à lui-même.

Vae victis !:Malheur aux vaincus !
Paroles adressées par Brennus aux Romains, au moment où il jetait son épée dans la balance dans laquelle on pesait l'or destiné à acheter le départ des Gaulois (Tite-Live, V, 48). Elles se rappellent pour faire entendre que le vaincu est à la merci du vainqueur.

Vanitas vanitatum, et omnia vanitas:Vanité des vanités, et tout est vanité.
Paroles par lesquelles l'Ecclésiaste (I, 2) enseigne que tout est illusion et déception ici-bas.

Vedi Napoli, e poi muori !:Vois Naples, et meurs !
Proverbe par lequel les Italiens expriment leur admiration pour Naples et son golfe magnifique.

Veni, vidi, vici:Je suis venu, j'ai vu, j'ai vaincu.
Mots célèbres par lesquels César annonça au sénat la rapidité de la victoire qu'il venait de remporter près de Zéla (47) sur Pharnace, roi du Bosphore. Phrase d'une application toujours familière, pour exprimer la facilité et la rapidité d'un succès quelconque.

Vulnerant omnes, ultima necat:Toutes blessent, la dernière tue.
En parlant des heures, inscription latine placée anciennement sur les cadrans d'horloge des églises ou des monuments publics.